AccueilTransport & CommerceCFAFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Messages du Grand Duc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gawam

avatar

Localisation : Grand Duché de Bretagne
Ambassade(s) : Duché d'Anjou

MessageSujet: Messages du Grand Duc   28/04/10, 08:37 pm

Citation :
Au bon roi de France,
A ses dévoués serviteurs,

Nous tenons, une fois de plus, à faire part de notre mécontentement, toujours croissant, face à vos fins de non recevoir. Cela va faire bientôt 6 mois que nous demandons de pouvoir rencontrer les représentants de votre royaume afin de discuter des multiples violations du traité de paix par vos officiers et vassaux. Nous avons réitéré ce mois ci notre requête, vous y avez répondu en accusant la Bretagne d'ingérence. Suite à cela, avec la patience inhérente à tout ami, nous avons, malgré nos désaccords, malgré la vexation d'une telle accusation et malgré les provocations répétées et indignes proférées ces derniers mois par la grande maîtresse de France, la princesse Armoria, une nouvelle fois demandé à discuter.

Nous attendons toujours, ne serait-ce qu'une réponse favorable, en vain. Pourtant vous ne perdîtes point de temps à convoquer vos vassaux et à parler avec eux. Nous considérons cette attitude comme un refus tacite de discuter avec nous et une violation du traité de paix nous liant. En effet, nous sommes au regret de vous rappeler les termes de l'article 12 de cet accord :

"La France et la Bretagne s’obligent à maintenir un dialogue diplomatique permanent par la tenue d’une table de concertation pour leurs représentants au Mont Saint Michel."

Votre surdité nous indispose grandement parce qu'en plus d'être extrêmement discourtoise à notre égard, elle s'avère dangereuse. La Bretagne et la France avaient compris que la paix passait par l'impérieuse nécessité du dialogue, que la résolution préventive des litiges et leur résolution juridictionnelle étaient les moyens les plus sûrs d'éviter la résurgence de casus belli.

En refusant de régler les litiges qui nous opposent, alors que nous y sommes disposés depuis le début, en laissant s'accumuler les atteintes, parfois graves, aux termes de la paix, vous faîtes naître dans nos coeur la peur sans cesse grandissante que la France ne désire plus cette paix.

L'expérience provençale, dans laquelle votre royaume, usant de peu de diplomatie, s'est autorisé à attaquer un Etat étranger, sans déclaration de guerre préalable, pour finalement s'entêter, malgré les évidences, malgré les appels à la raison, dans un conflit meurtrier dont le seul objet est d'aliéner la souveraineté d'un peuple, contribue grandement à nos craintes.

La Bretagne s'est parfaitement conformée à la paix conclue avec votre royaume. Nous avons coopéré dans tous les domaines prévus, nous avons tissé des liens d'amitié profonds avec vos vassaux, nous avons sans cesse attendu le dialogue, nous avons attendu, très longtemps maintenant, de pouvoir évoquer les manquements de votre royaume à ses obligations, nous avons gardé une franche amitié à votre égard. Nous n'eûmes en retour qu'un froid dédain.

Comprenez bien que dans ces circonstances, nos sentiments amicaux ne peuvent demeurer intact. Nous avons la désagréable impression d'être baladés et méprisés et ce ne sont pas deux formules creuses de paix après des accusations graves et infondées qui apaiseront cette impression.

C'est pourquoi, nous exigeons que d'ici une semaine au plus tard, le dialogue ait commencé entre la couronne de France et la couronne de Bretagne autour de la table de concertation du Mont Saint Michel. Passé ce délai, nous saisirons la Cour paritaire de la paix, instituée par le traité de paix, pour réclamer justice de tous vos manquements. Si jamais nous devions en arriver là et que la France ne se prêtait pas à ses obligations en empêchant la tenue de cette Cour en n'envoyant aucun dignitaire y siéger, nous devrons en tirer l'inévitable conclusion que la France n'a plus l'intention de faire respecter la paix avec la Bretagne.

Puissions nous éviter de parvenir à de telles extrémités. Il ne tient qu'à vous de remédier au malaise désormais profond entre nos deux Etats. La Bretagne ne réclame rien d'autre qu'un dialogue réel, sincère et constructif, dès maintenant. Une exigence vieille de plus de 6 mois maintenant qui n'a vraiment rien d'irréalisable et qui n'attendra pas un mois de plus.

D'ar Yaou 1 a viz Ebrel 1458

Sa Majesté Myrlin de Pontcallec,
Grand Duc de Bretagne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gawam

avatar

Localisation : Grand Duché de Bretagne
Ambassade(s) : Duché d'Anjou

MessageSujet: Re: Messages du Grand Duc   28/04/10, 08:38 pm

Citation :
Au roy de France
A ses serviteurs
Au peuple de France

La France se complaira-t-elle encore longtemps dans le déshonneur et le refus de toute diplomatie ? Cela commence à bien faire. Depuis sa création la table de concertation n'a jamais servi, depuis le mois de décembre la Bretagne sollicite la reprise du dialogue avec la France, depuis plusieurs semaines déjà vous nous avez promis que celui-ci serait renoué au plus vite. Mais rien. La France dépêche ses représentants à la Cour paritaire, mais à la table des discussions le néant. Devons-nous comprendre que la France ne souhaite pas parler ?

Nous en prendrons acte si dans les jours qui suivent rien ne change. En arrivant au Mont Saint Michel, la Bretagne a déclaré vouloir évoquer un grand nombre de violations du traité de paix commises par la France. Nous avons eu la bonté d'attendre plusieurs mois, nous avons fait preuve d'une excessive cordialité en acceptant, après tout ce temps, d'essayer de résoudre ces problèmes par le dialogue, afin d'éviter à la France d'être jugée par la Cour paritaire. Nos mains tendues pour discuter étant continuellement ignorées, nous ne manquerons pas de confronter, de gré ou de force, la France face à ses responsabilités.

De surcroît, alors que la France dédaigne ses engagements diplomatiques, pendant qu'elle saigne outrageusement le malheureux peuple de Provence dans une guerre criminelle et parfaitement illégitime, les provocations se multiplient à l'encontre de la Bretagne. La dernière en date provient du domaine royal lui même, où les autorités du Maine accusent, à demi-mots, la Bretagne de préparer une guerre contre la France. Dans le même temps, des propos odieux à nos oreilles provenant des plus hauts dignitaires de votre royaume tendent à confirmer qu'une frange non marginale de vos dirigeants souhaite nous déclarer la guerre.

Ces récents évènements, cumulés à une liste interminable de provocations, font que la patience bretonne vient d'atteindre ses derniers retranchements. Nous doutons très sérieusement de la volonté de la France à vouloir maintenir cette paix qui nous unit. Si par folie, vous veniez à confirmer ces craintes, soyez sûrs et certains que la Bretagne, comme toujours, saura opposer aux appétits français une rage et un courroux sans précédent. Notre pays en a plus qu'assez de devoir vivre avec les rêves de conquête et le goût du sang de vos élites pour épée de Damoclès perpétuelle.

Nous vous donnons jusqu'au 3 mai, qui marquera le sixième mois d'attente, pour répondre favorablement à cette toute dernière relance pour un dialogue normal entre la France et la Bretagne. Si d'ici là rien n'est fait, nous saurons que la France ignore totalement le concept de diplomatie et nous aviserons en conséquence.

d'ar Mec'hrer 28 a viz Ebrel 1458

Sa Majesté Myrlin, dicte le Dagsit.
Grand Duc de Bretagne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Messages du Grand Duc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Messages de soutien
» Méréwyïn Alaryïn [Grand prêtre d'Arcamenel] {réservé Ambre}
» Tralïn- guerrier nomade grand tueur d'orque
» Un sous-commissariat à Grand'Ravine
» Nouveau lac formé par le séisme en Haïti menace d'inonder Grand-Goâve

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Diplomatie-angevine :: Informations Voyageurs :: Bretagne-
Sauter vers: